Conseils : Alimentation, sommeil et poids

Polyclinique Saint Jean
lun, 25/01/2016 - 11:00

Alimentation, sommeil et poids

Bien s’alimenter au dîner est primordial pour favoriser l’endormissement, et une bonne nuit de sommeil permet un meilleur contrôle de son poids :

  •  la composition des repas et le moment auxquels ils sont pris, influencent la durée et la qualité du sommeil.
  • 77% des Français ignorent ou ne pensent pas que le manque de sommeil favorise la prise de poids.

Voici quelques conseils alimentaires pour favoriser l’endormissement :

 

Les aliments à privilégier :

  • les féculents à index glycémique bas (pain, pâtes, riz etc) et les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots blancs et rouges etc) : ces aliments sont riches en tryptophane, acide aminé qui permet la fabrication de la sérotonine dans le cerveau. La sérotonine favorise la production de mélatonine qui est l’hormone du sommeil,
  • les aliments sources d’oméga 3 : poissons gras (ex saumon), noix, huile de colza,
  • les produits laitiers qui facilitent l’assimilation du tryptophane,
  • les tisanes aux plantes sédatives et relaxantes comme la verveine, camomille, fleur d’oranger, la passiflore, la valériane et tilleul,
  • il est préférable de dîner 3  heures avant d’aller vous coucher
  • ne pas sauter le repas du soir !

 

Les aliments à éviter :

  • les protéines (viandes, poissons, œufs) : ils augmentent la concentration sanguine de tyrosine (acide aminé qui sert à produire la dopamine, hormone qui augmente l’activité motrice et l’agressivité) 
  • les aliments gras (beurre, mayonnaise, fromage, pâtisseries etc…) : trop lourds à digérer,
  • les boissons à base de caféine comme le café, le thé, le cola : elles stimulent le système nerveux
  • l’alcool qui provoque une insomnie dite « rebond » : après avoir aidé à l’endormissement, il entraîne des sécrétions d’adrénaline qui empêchent le sommeil de passer à la phase profonde ; il fait également chuter le taux de mélatonine, hormone nécessaire au sommeil.

La prise de poids est favorisée quand on dort moins de 6 heures par nuit ; ceci pour des raisons hormonales et aussi parce que l’allongement de la durée d’éveil encourage le grignotage.